Everything, Everything, l’ivresse de la vie ou rien

everything-everything_nicola-yoon.jpg
Everything Everything de Nicola Yoon (Bayard, 2016)

Le mois dernier, j’ai enfin lu ce fameux roman de Nicola Yoon qui traînait depuis l’automne dernier dans ma bibliothèque.
Je l’ai goulûment dévoré en a peine deux jours, primo parce qu’il se lit vraiment facilement et secundo, parce que j’ai été aussi happée, il faut bien le dire, par l’histoire de Madeline, les enjeux de sa maladie et son amour pour Olly, son voisin.

Le livre en tant qu’objet est très beau, les dessins qui l’ornent et qu’il contient sont jolis à voir, la mise en pages est en adéquation avec l’histoire (je pense notamment à cette double page encrée de noir qui survient à un moment crucial vers la fin du livre).

Les protagonistes, et notamment Madeline, interviennent sous différentes formes narratives comme le mail ou l’échange de sms. Fort heureusement, ce genre de dialogues ne constitue qu’une petite partie du livre ; j’ai récemment feuilleté en librairie un roman qui comportait presque uniquement ce mode de narration et je crois que je n’aurais pas supporté cela sur toute la longueur du roman. Disons que ces innovations sont amusantes et restent plaisantes quand elles sont intelligemment dosées.
D’autre part, certains chapitres sont volontairement plus courts que d’autres ou ne comportent que quelques lignes.
En somme, la mise en pages fait écho aux sentiments de notre héroïne, et cela donne l’impression que le livre « respire » en même temps que le personnage, ce que je trouve assez agréable.

Sans m’être spécifiquement attachée aux protagonistes, j’ai trouvé Madeline touchante dans son empressement à profiter de chaque instant, dans sa manière de se donner à l’amour de sa vie. Olly lui-même est loin d’être un personnage type déposé là pour servir les intérêts de l’héroïne. C’est un garçon qui porte, tout comme Maddy, un fardeau sur ses épaules, en l’occurrence les sautes d’humeur d’un père alcoolique et colérique, et qui tente à sa manière de trouver une échappatoire face à cette situation.

J’avais un petit peu peur d’avoir affaire à un scénario archétypal, mais au final j’ai été tout de même surprise. D’ailleurs, au moment où l’histoire commençait à se dilater quelque peu, je me suis mise à soupçonner un retournement de situation, et il se trouve que j’avais deviné tout à fait juste (ce dont je suis fière, soit dit en passant, car en général je suis du genre à être une lectrice très crédule !).
La présence de cette révélation, plus ou moins prévisible, donne un certain sens à ce roman. Sans cela, il aurait été à mon sens bien trop linéaire et simpliste. Car le plus intéressant à mes yeux dans cette histoire, c’est l’évolution du personnage de Madeline et son rapport avec sa mère. Sans doute l’histoire d’amour entre Olly et Maddy prend-elle un peu trop de place, même si elle constitue l’élément perturbateur de la vie de notre héroïne. J’aurais effectivement aimé que la psychologie du personnage de la mère soit davantage mise en avant car, sans rien vous divûlgâcher, je trouve qu’elle représente le nœud du récit.

En bref, j’ai passé un très bon moment de lecture avec Everything, Everything qui s’est révélé être un roman cohérent, drôle, romantique mais aussi un tant soit peu psychologique.
Je lirai sans doute The Sun Is Also a Star, le dernier roman de l’autrice qui doit paraître en français chez Bayard ce mois-ci, si j’ai l’occasion de le trouver en bibliothèque ou en librairie d’occasion.
cover.jpg

Si vous avez lu Everything, Everything, n’hésitez pas à partager votre avis en commentaire !

Publicités

22 réflexions sur “Everything, Everything, l’ivresse de la vie ou rien

    1. Oui ça manquait vraiment, et du coup je me demande si dans le film ils n’auraient pas exploité cet aspect ? Je n’ai pas trouvé le temps d’aller le voir finalement et je ne sais pas s’il sera encore à l’affiche quand je serai de retour à Paris :/

      Aimé par 1 personne

  1. Comme toi j’ai lu ce livre très rapidement et je trouve la couverture magnifique ( j’ai celle de chez France Loisir qui l’est cependant beaucoup moins ). J’ai passé un très agréable moment de lecture et comme tu le dis je pense que ce qui est très intéressant c’est la relation mère fille extrêmement complexe et son évolution.J’ai trouvé Olly attachant mais c’est vrai que l’histoire aurait nettement pu se focaliser sur autre chose que sur la romance.

    J'aime

    1. J’ai fait une petite recherche pour voir du coup, et c’est la couverture jaune c’est ça ? Elle est pas si mal je trouve mais le blanc met davantage en valeur les dessins c’est sûr 🙂
      Oui, j’avais peur qu’Olly soit un personnage un peu bateau mais au final pas du tout et c’est un bon point !

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, c’est ça. Elle n’est pas trop mal mais à mon goût elle ne vaut clairement pas l’autre qui est somptueuse ❤ et je suis complètement d’accord pour Holly. J’aime beaucoup l’infirmière à domicile également, je trouve son personnage à la fois très humains et très maternel.

        J'aime

      2. Oui Carla est très attachante. Par contre la seconde infirmière était un peu trop stéréotypée à mon goût. D’ailleurs, il y a une incohérence qui a fait tiquer, étant donné que la seconde infirmière méchante surveille Maddy tout le temps, je me demande comment elle ne s’est pas rendue compte de l’excursion que préparait Maddy…

        Aimé par 1 personne

      3. Je pense que c’est dans cette mesure qu’elle est un personnage stéréotypé justement. Elle a un côté « buté » et très conventionnel qui, je pense, justifie le fait qu’elle ne se rende compte de rien.

        J'aime

  2. Ce livre est justement dans ma wishlist, il me tente beaucoup! 😃
    Je crois que je vais me laisser tenter parce que le sujet de l’histoire est très intéressant et assez original. Et s’il t’a plu, ça m’intrigue encore plus! 😊
    Tu crois qu’on peut encore le trouver avec l’ancienne couverture? J’hésite à l’acheter en VO juste pour éviter la couverture avec l’image du film (d’ailleurs, tu as vu le film?) mais je ne sais pas si la mise en page est la même que pour la VF.
    « The Sun Is Also a Star » est sorti, ça y est! Je l’ai vu aujourd’hui en boutique. Je le lirais peut-être si « Everything Everything » me plaît.

    J'aime

    1. Peut-être pas en librairie, quoique n’hésite pas à jeter un œil. Au pire tu peux le commander sur internet, comme ça tu seras certaine de l’avoir dans l’édition que tu préfères 😉 Je crois que rien ne change de la VO à la VF, pour la couverture de l’édition 2016.
      Oui, entre temps il est sorti, mais je ne pense pas l’acheter, j’attendrai de le trouver en bibli ou bien en boutique d’occasion tout comme j’avais trouvé Everything.

      Merci d’être passée sur le blog 😉

      J'aime

  3. Jolie chronique, qui reflète bien ce que j’ai ressenti, moi aussi, à la lecture 🙂 Comme toi j’ai apprécié la forme et le côté graphique très sympa. Quel dommage par contre qu’ils l’ait réédité en utilisant la jaquette du film… 😦 (j’ai une sainte horreur de ce genre de choses…d’autant que la couverture initiale était très jolie ! Moi aussi j’ai commencé à soupçonner quelque chose un peu avant la fin, mais d’habitude je me fais avoir en beauté ! ^^

    As tu eu l’occasion de voir le film du coup ? 🙂

    J'aime

    1. Ah oui, la réédition systématique lors d’une adaptation ciné, ça m’énerve aussi x)
      Je suis contente d’apprendre que je ne suis pas la seule à être crédule d’habitude haha. Mais là on a ete futées toutes les deux ! En même temps, à force de lire on finit par s’entraîner et à devenir des lecteurs davantage experts 🙂

      Non, finalement je n’ai pas eu l’occasion d’aller voir le film. J’ai pu m’en faire un avis avec deux chroniques de blogueuse sur qui sont allées le voir, et visiblement il occulte pas mal de détails du livre :/ Tu l’as vu toi ?

      J'aime

    1. Oui, ce n’est pas plus mal 🙂 Même si souvent, on aime bien confronter ses propres représentations à celles d’une adaptation ciné 🙂 Notamment pour l’agencement des lieux ! Je me demande si le film ressemblé ce que j’ai imaginé pour le livre x)
      Du coup, pour le visage des personnages, j’ai été influencée par une image du film que j’avais vue avant de commencer le livre, du coup dans mon esprit Maddy ressemblait beaucoup à l’actrice et Olly avait le même genre de visage que l’acteur mais en plus mignon (je ne sais pas pourquoi, mais je n’aime pas trop le visage de l’acteur xD)

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s