Bichon : quand la BD jeunesse ouvre l’esprit sur la question du genre

1743587_513880522062019_1522499315_n
Il se trouve que je lis très peu de bande-dessinées ; jusqu’à récemment, les seules que j’avais lues étaient celles de Tintin (hé ho, on ne juge pas !). Mais je vous promets que je suis sur la voie pour remédier à cela, car il y a plusieurs BD qui m’attendent dans ma pile à lire (quant à savoir à quel moment je pourrai les lire, c’est encore une autre histoire).

Je ne suis donc pas très familière de l’univers des BD, disais-je, mais il y en a une que je possède et que j’aime fort, parce qu’elle ose casser de nombreux codes (ce qui me plaît carrément, surtout dans le domaine de la LJ), et dont j’ai envie de vous parler aujourd’hui (pour fêter la première semaine de création du blog, youhou !).

Il s’agit d’un personnage reconnaissable entre mille et que vous ne pourrez pas oublier, j’ai nommé BICHON !
Cela fait déjà un bout de temps que je m’intéresse au travail de David Gilson, illustrateur et character-designer, diplômé de l’école des Gobelins et qui a notamment travaillé sur le film d’animation Tarzan des Walt Disney Animation Studios (qui fait partie de mes films préférés, soit dit en passant :D).
En parallèle de ses travaux d’illustrations pour Disney et Le pays des contes* entre autres, c’est en 2013 que son tout premier projet de bande-dessinée a été publié chez Glénat, sous le titre Bichon.

Bien entendu, en tant que fervente admiratrice de son style graphique, je me suis empressée d’acheter la BD pour découvrir l’histoire peu commune de Sacha (alias Bichon) un petit garçon irrésistible qui évolue dans un monde aussi tolérant qu’antipathique envers sa personnalité et ses passions.
Oui, parce que la particularité du petit Bichon, c’est de préférer jouer à la poupée plutôt qu’aux petites voitures. D’aimer se déguiser comme ses héroïnes préférées quand ça lui chante, et collectionner des objets joyeusement colorés, tout en rêvant secrètement de Jean-Marc du CM2.

14330174_1040868956029837_6867663570505658845_n

Et ce que j’ai découvert au travers de cette BD qui touche à des sujets délicats, comme la question de la sexualisation incessante de l’enfance (des vêtements aux films en passant par les jouets), c’est un véritable plaidoyer pour la tolérance et la liberté de choix.

L’un des attraits de cette bande-dessinée réside dans le caractère de son héros, car Bichon est plein d’une candeur et d’une gentillesse qui ne manquent pas de nous faire instantanément craquer.
David Gilson nous donne ici à voir, avec beaucoup de sensibilité, le quotidien de cet enfant plongé dans un imaginaire qui lui est propre, et dans lequel on perçoit l’influence des contes merveilleux, des héroïnes et princesses hautes en couleurs, et la douceur d’un univers de jeu égoïstement réservé aux fillettes.
Il nous serait aisé d’imaginer combien les critiques à son encontre peuvent le blesser, mais il semble émaner de lui une force insoupçonnée (ne serait-ce pas l’innocence de l’enfance ?) qui le garde bien de se poser des questions, et l’enjoint à continuer à vivre et à s’épanouir comme il l’entend. On aimerait tous être comme ça, ne jamais prendre en compte le regard des autres, et ne s’occuper ni de leur avis ni de leur façon de faire.

Un autre intérêt de Bichon, c’est la réflexion engagée par toutes ces scénettes au gré desquelles le lecteur fait connaissance avec son monde, et les avantages et contrariétés mis en avant par la réaction de l’Autre au comportement a priori « différent » du personnage.
D’un côté, on a des personnages attachants, comme celui de la mère de Bichon, qui se font défenseurs de la liberté de l’enfant et qui véhiculent clairement des valeurs de respect, de tolérance et d’ouverture d’esprit pour voir au-delà des normes séculaires imposées par notre société. De l’autre, cette liberté prônée se retrouve opposée aux détracteurs, accusateurs et autres opposants à la diversité des mœurs.
Cette articulation binaire est prétexte à la mise en scène de situations explicites qui révèlent la multiplicité des problèmes engendrés par cette soi-disant « différence » (je n’aime pas tellement ce mot pour décrire Bichon, car ce qui lui paraît différent ne l’est pas pour nous et vice-versa).

Une petite galerie de personnages : la maman de Bichon, et les amies de notre héros, Myriam et Agnès
source : page Facebook de Bichon


La voix que l’auteur exprime dans son œuvre est on ne peut plus actuelle et légitime (d’autant plus légitime qu’elle est en partie biographique), et pose des images plus ou moins explicites sur les questionnements genrés de notre société. Et tout ceci sans se départir d’un humour parfois très cocasse !

Au-delà du grand plaisir que l’on prend à suivre les aventures et les rêves du très attachant Bichon, on apprécie donc de voir ici libérée et offerte aux jeunes lecteurs une réflexion tournée vers le principe de tolérance et l’acceptation d’une différence qui va à l’encontre de normes et de clichés qui ont malheureusement la vie dure.

Un projet que je salue bien bas, car il sait divertir autant que questionner, ce qui est le propre de la littérature destinée à l’enfance, et parce qu’il fallait avoir le cran de mettre les pieds dans le plat, pour dire les choses telles qu’elles sont, comme l’ont fait d’autres auteurs notamment Olivier Douzou avec son album Buffalo Belle, ou encore Christian Bruel et Anne Bozellec dans Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon (première parution en 1976 aux éditions du Sourire qui mord).

buffalo_belle
Buffalo Belle de Olivier Douzou (éditions du Rouergue, 2016), où le jeu d’inversion des syllabes « elle » et « il » se fait témoignage et partisan de l’ambiguïté.
histoiredejulie.jpg
Histoire de Julie qui avait une ombre de garçon de Christian Bruel et Anne Bozellec (éditions Thierry Magnier, 2016 pour l’édition la plus récente).

J’ai d’ailleurs eu l’occasion de feuilleter Histoire de Julie pendant l’un de mes cours de master, et j’ai été frappée par ce questionnement du sujet « garçon manqué », une expression qui m’a toujours semblé absurde et qui m’a fait repenser à l’intervention de David Gilson lors d’une émission des Maternelles sur France 5 alors qu’une journaliste lui signifiait que Mimine, la petite sœur de Bichon, était en somme un « garçon manqué ». Ce à quoi l’auteur répondait avec une certaine incrédulité (je cite de mémoire, hein xD) :
« Pourquoi garçon manqué ? Non, elle n’est pas garçon manqué. Et après tout, pourquoi on ne dit pas fille manquée, aussi ? ».
Applause. On en vient au point qui m’agace le plus. Pourquoi est-ce que toute cette discrimination ne semble être valable qu’envers le genre masculin ?

1466083_482977948485610_2002525211_n
Pendant mon enfance, j’ai joué autant aux petits poneys, barbies et autres consœurs girly qu’au chevalier, à l’archer, à Tarzan et je ne sais quels autres divertissements virils. Jamais je n’ai reçu aucune réflexion de la part de qui que ce soit d’ailleurs, mais on aurait pu tout aussi bien me qualifier de « garçon manqué », et hop, l’affaire est dans le sac, cela ne pose aucun problème.
Par contre, si un petit garçon a envie de revêtir la robe de la Reine des Neiges, de jouer à la dinette ou à la poupée, là on crie au drame, et on n’essaye même pas de définir ni de caractériser cette situation ô combien déplaisante à l’aide d’une petite étiquette bien placée (oh, bah pourquoi pas « fille manquée » ?), alors qu’on aime pourtant bien ça.
Non, on ne cherche même pas à comprendre, puisque de toute façon ça dérange.

Tout ce blabla pour dire que, si vous n’avez pas encore lu Bichon, je vous conseille avec beaucoup d’enthousiasme cette bande-dessinée étonnante et attendrissante, ainsi que les autres albums mentionnés dans cet article (d’ailleurs, si vous en connaissez d’autres qui traitent du même thème, n’hésitez pas à me les faire découvrir en commentaire !).

Et si vous êtes férus de films d’animation, ouvrez l’œil, car David Gilson a dissimulé un peu partout dans les planches de sa BD de délicieux caméos des héros de notre enfance !

Les tomes 1 et 2 de Bichon ont paru respectivement en 2013 et 2015, et le tome 3 est prévu pour cette année ! Restez connectés 😉

Bichon, tome 1 Magie d’amour…
Bichon, tome 2 Sea, Sweet and Sun…
de David Gilson
Glénat (2013 et 2015)

Pour découvrir l’univers de l’auteur :
> la page Facebook de Bichon : https://www.facebook.com/BichonBD/?fref=ts
> et celle de David Gilson, pour suivre ses diverses illustrations : https://www.facebook.com/artofdavidgilson/?fref=ts
> ainsi que le Tumblr de l’auteur : http://davidgilson.tumblr.com/

*Le pays des contes de Chris Colfer, saga publiée chez Michel Lafon depuis 2014 (comprend à ce jour 4 tomes). Illustrations de couverture par David Gilson.

Publicités

33 réflexions sur “Bichon : quand la BD jeunesse ouvre l’esprit sur la question du genre

  1. Ca fait très longtemps que j’ai envie de découvrir cette BD, j’adore les dessins de David Gilson ! Et j’approuve le thème qui m’a l’air assez peu évoqué dans les publications jeunesse (ou les publications tout court d’ailleurs) 🙂 Joyeuse première semaine :p

    J'aime

    1. J’espère que cette BD figure dans ta wishlist ? 😀
      Moi aussi j’aime tellement ses dessins, surtout son héroïne Princesse Soupir dont il a posté plein de nouvelles illustrations ces derniers temps !

      Ce n’est pas le sujet le plus fréquent mais il se fait une place de plus en plus grande mine de rien 🙂

      Mercii !

      Aimé par 1 personne

  2. ET EN PLUS tu parles de genre dans la littérature jeunesse ! Ton blog me séduit de plus en plus. Bravo, bravo, bravo, très belle analyse 🙂 J’avais écrit un article sur les stéréotypes de genre dans les albums jeunesse. Je connaissais déjà cette BD sans avoir été vraiment plus loin… Et elle a l’air de traiter d’énormément de thèmes qui m’intéresse (notamment sur les garçons). J’ai très envie de la lire maintenant. MERCI pour cet article au poil.
    J’aimerais aller plus loin dans ce que tu dis sur les garçons qui en effet n’ont pas le droit aux jouets et déguisements féminins. Je suis d’accord, c’est injuste, et je l’ai aussi ressenti étant enfant… Mais ça révèle aussi une nouvelle fois que c’est le féminin qui est déconsidéré : si en tant que garçon on n’a pas le droit aux objets féminins c’est parce que c’est dégradant de s’abaisser à être une femme. ET PAF un nouveau pain dans la tête des femmes.
    Du coup en BD pas trop d’autres conseils si ce n’est la magnifique et extraordinaire duologie Les Culottées, que tu connais sans doute déjà ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, j’ai pensé que le sujet méritait vraiment d’être abordé (et je tenais à présenter Bichon dans mes premières chroniques) 🙂
      Oh il faudrait que j’aille retrouver ton article, j’aimerais beaucoup le lire !
      J’approuve entièrement ta réflexion, c’est une chose sur laquelle je n’arrivais pas tout à fait à mettre le doigt, mais cela semble évident maintenant. Merci d’avoir prolongé l’analyse 🙂
      Oui je connais ces livres, mais uniquement de nom ^^’ Mais ils sont dans ma wishlist de bibliothèque donc je tâcherai de les lire bientôt 🙂

      J'aime

      1. Mais de rien ! Hâte d’en lire plus sur ton blog et j’espère que tu parleras un jour de ces livres 😉
        Mon article date de mai 2016 il me semble !

        J'aime

  3. Tiens, je ne connaissais pas du tout cette BD, mais tu m’as bien donné envie de l’ajouter à ma commande BD en cours là ! 🙂 C’est marrant, le nom de David Gilson me disait vaguement quelque chose, jusqu’à ce que tu mentionnes ses illustrations pour la saga jeunesse « Le pays des contes » ! ^^

    J'aime

    1. Haha, j’ai remarqué que les illustrations de David parlent à pas mal de monde sans que son nom n’évoque tout de suite ses œuvres 🙂
      Dans la communauté des fans Disney, il est particulièrement connu je dois dire (surtout avec tous ses petits dessins chibis des personnages Disney !).
      En tout cas, si d’aventure tu en arrives à lire Bichon, j’espère que cette BD te plaira ! 😀

      J'aime

  4. Voilà une BD pour moi, je suis sûre qu’elle devrait me plaire ! Je note tout de suite, j’espère la trouver en bibliothèque !
    C’est marrant, petite, j’aurais adoré qu’on me dise que j’étais un garçon manqué, mais maintenant, je réalise à quel point cette expression est horrible et sexiste et dégradante. Du coup, je ne supporte plus de l’entendre. ^^
    Le pays des contes fait aussi partie de ma wish-list ! Je ne m’en sortirai jamais, il y a tellement de choses à lire…

    J'aime

    1. Ah super ! 😀 J’espère que tu la trouveras facilement en bibli, et que tu l’apprécieras !
      Tout pareil x) Je pense que j’aurais facilement revendiqué ce trait de mon caractère (qui d’ailleurs fait que je me suis toujours sentie terriblement plus proche de tout un tas de personnages masculins, who knows why ^^)
      Comme je te comprends ! Il y a bien trop de livres à lire, et toujours des tas qui se rajoutent à la liste x) On n’en finira jamais ! Mais c’est ce qui est bien aussi ^^

      Aimé par 1 personne

  5. Tout d’abord, je tenais à te remercier pour ton abonnement, ça me fait tout chaud au coeur, c’est un plaisir de pouvoir t’accueillir au milieu de mes récoltes ! ♥
    Ensuite, ta chronique est tout bonnement magnifique, un très bel hommage à cette BD qui pour moi aussi fut un coup de coeur, j’ai adoré rallongé ma lecture en zieutant tous les détails du coup de crayon de David Gilson qui est sublime ! (fun fact : la première fois que j’ai vu les couv’ fr du pays des contes, sachant que j’avais vu les couvertures VO avant, je n’aimais pas du tout et je trouvais ça trop enfantin, et maintenant, j’adore, c’est dingue ce que j’ai pu changer d’avis. x) )
    Le seul petit truc que j’aurais a reprocher à ta chronique est qu’elle se centre trop sur le personnage éponyme, j’aurais bien aimé voir ton avis sur les personnages secondaires, sur le soutien qu’apporte sa mère ( mon dieu, la scène dans le magasin pour la poupée ! J’en ris rien qu’en en repensant, c’est une force de la nature cette maman, je l’aime tellement de laisser cette liberté à son fils ! ). Aussi, la question du genre et de cette fameuse sexualisation n’est – à mon sens en tout cas – pas seulement présente avec le personnage de Bichon qui aime mettre des robes et jouer à la poupée, mais aussi avec Mimine, qui est son opposé, et je trouve ça très drôle. Puis comme ça, l’auteur ne nous coince pas seulement dans un point de vue par rapport au garçon, je trouve qu’il traite tout, et très justement.
    Après, je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on en fait tout un scandale pour un garçon, mais même si on est dans une société qui est censée être plus ouverte d’esprit, je trouve que ça régresse sur cette question. Quand j’étais petite, je jouais comme toi : et à la poupée, et aux voitures en gros. Et on ne me reprochait rien, même à l’école, j’étais plus proche des garçons mais on ne me disait strictement rien. Par contre, je vois ma nièce, qui a 5 ans, et qui a tendance à jouer un peu plus aux voitures, aux pirates, à des trucs de construction,etc, puis elle a plus de copains que de copines, pour elle on lui reproche beaucoup parce qu’elle « devrait jouer à la poupée » comme disent ses camarades… Après, c’est peut-être la mentalité de ma petite ville de campagne, mais c’est un scandale pour elle. ><

    J'aime

    1. Je t’en prie ! Je saisis chaque occasion pour découvrir de nouveaux blogs et donc de nouveaux livres 🙂
      A mon tour de te remercier d’avoir pris le temps de lire cette longue chronique, et pour tes conseils ! Il est vrai que j’aurais pu parler plus en détail des personnages, et surtout la mère de Bichon x) Ce sera peut-être l’occasion lorsque je chroniquerai le tome 3 😀
      As-tu pu rencontrer David en dédicace ? 😀 Il fait de ces dessins ! Sublimes !
      Oui, c’est bien pour ça que j’ai cité Mimine, et un passage de l’intervention de David lors d’une émission des Maternelles 🙂 C’était quelque chose qui m’avait frappée, et qui me semblait important à souligner 🙂
      Peut-être que dans les grandes villes, les esprits sont moins cloisonnés, cependant je ne pense pas que ce genre de remarques ne se rencontre qu’en province. C’est bien malheureux en tout cas :/ Si un jour on a des enfants, ce sera à nous de tenter de faire changer les mentalités 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Mais ça reste trop adorable en tout cas ! ♥
        Bah, c’est bien normal dit donc ! Sinon je ne serais pas passée sur ton blog haha, si je passe, autant découvrir ! 😉 Je trépigne d’impatience pour le tome 3, je ne sais pas pour toi haha.
        Malheureusement je n’ai pas pu bien que j’en avais très envie, mais j’ai pu passer mes BD à une connaissance qui allait au festival de la BD d’Angoulême et qui m’a permis d’avoir une splendide dédicace de Bichon ! Tu as eu la chance de le rencontrer ?
        Tu as bien fait en tout cas oui !
        Oh pour sûr c’est toujours présent malheureusement, mais j’espère que ça l’est moins. C’est vraiment bête de catégoriser un mode de vie à « fille – rose – poupée – cheveux longs ; garçon – bleu – voitures – cheveux courts « . Je comprends que ce soit des repères, mais il faut aussi savoir s’en détacher, être libres et pas vivre entre des normes.

        J'aime

      2. C’est gentil <
        Ah c'est quand même super que tu aies pu avoir une dédicace par cet intermédiaire 😀 Tu as demandé quel personnage ?
        Oui, je me souviendrai toujours de la première fois où j'ai rencontré David haha, c'était lors d'une sortie de produits limités au Disney Store des Champs Élysées. Avec une amie, nous avions apporté notre tome 1 de Bichon, et il a très gentiment accepté de nous le dédicacer après la sortie !
        Et j'ai pu faire dédicacer le tome 2 au festival We Do BD en 2015 🙂
        Les normes c'est un vrai fléau. Le pire c'est qu'on est tous plus ou moins rattachés à certaines normes. Si ce ne sont pas à celles de la sexualisation, ce sont à d'autres. Le tout c'est d'être le plus tolérant possible 🙂

        Aimé par 1 personne

      3. Bah j’étais tellement excitée à cette idée – et en même pas temps pas tellement sûre que la personne puisse faire une dédicace – que je n’avais rien demandé de précis xD Du coup, j’ai eu un beau dessin de Sacha ! ♥ Mais si je peux en avoir une nouvelle, je demande Princesse Soupir, je suis en amour pour ce personnage ! Oh, c’est une chouette expérience dit donc ! Tu as eu qui en dessin du coup ? c:
        Tu as tout à fait raison oui !

        J'aime

      4. Haha je te comprends x)
        Aaah je suis tellement fan de Princesse Soupir, je guette tout le temps le moindre dessin posté par David, et récemment il en a posté de magnifiques, j’étais aux anges ! J’ai vraiment l’impression qu’il a un projet en tête, je ne sais pas s’il pourra le réaliser bientôt mais j’ose espérer qu’on en saura plus dans quelques temps et que c’est un projet qui inclut cette héroïne…
        Du coup dans mes deux tomes j’ai un dessin de Bichon, mais pour le tome 2 j’ai demandé à David de faire tenir à Bichon un peluche de Toothless (ou Krokmou, le dragon de la saga de DreamWorks), parce qu’il a fait quelques clins d’œil aux films dans ce second tome 😀

        Aimé par 1 personne

      5. On va faire une team fan girl de Princesse Soupir haha ! Mais l’esthétisme de ce personnage est vraiment incroyable, puis je trouve que c’est le personnage qui dégage le plus d’émotions, du moins je le ressens comme ça. J’adore me perdre dans les détails de Princesse Soupir, admirer son expression, et ressentir comme ça, c’est vraiment superbe. Je pense aussi qu’il a un projet par rapport à elle ( je me jette dessus s’il en fait une BD mon dieu ! ), mais David Gilson est assez secret quand même quand à ses projets, la sortie de ses oeuvres etc.
        Il doit être trop mignon mon dieu. ** Ca doit vraiment être une belle dédicace pour le tome 2 !

        J'aime

      6. Carrément ! Je suis partante xD
        D’ailleurs, il vient de poster un nouveau dessin d’elle pour le premier mai, je l’espérais secrètement car 1er mai rime très souvent avec nouveau dessin de Soupir x) Je l’ai partagé sur ma page FB, je ne me lasse pas de le regarder !

        C’est clair ! Oui, tout à fait, surtout qu’il nous tease depuis quelques semaines avec des personnages inédits (je pense à ce sublimissime dessin de Soupir et d’un certain Crocus… *W*).

        J’aimerais pouvoir te montrer le dessin, mais je ne pense pas qu’on puisse insérer des images dans les commentaires > < Au pire je te l'enverrai par message via ton blog x)

        Aimé par 1 personne

      7. Oh mon dieu elle est trop belle ! Je suis amoureuse de ce dessin damn ( je crois que je dis ça à chaque dessin de Princesse Soupir alala… ). Tu m’étonnes que tu ne te lasses pas de le regarder, c’est une pépite visuelle haha !
        Il est malin pour nous torturer franchement. x) Tu parles de celui où Crocus porte une écharpe rouge et est derrière Soupir ?

        J'aime

      8. N’est-ce pas qu’elle est sublime ? *W*
        Oui, c’est celui-là dont je parle ! Et je pense aussi au dessin de Soupir qu’il a réalisé pour le début du printemps, avec ce bouquet de fleurs colorées qui envahissent tout !

        Aimé par 1 personne

      9. C’est vrai que lui aussi est totalement sublime ! J’ai vu dans les commentaires qu’il avait bien un projet avec Princesse Soupir mais qu’il n’avait pas le temps pour le mettre en place…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s